Et un jour une femme…


Art Graphique / Monday, January 15th, 2018

Découvrir la femme de dos, de face ou encore en plongeant dans son regard…

Gaëlle Demarez dessine depuis qu’elle a su tenir un crayon dans sa main. Issue d’une famille d’artiste, depuis 10 ans elle s’adonne plus particulièrement à la peinture à l’huile. Laissant ses sentiments guider ses mains, Gaëlle plonge régulièrement dans sa bulle pour exprimer ce qu’elle ressent, pour communiquer à sa manière. Tantôt colorées, tantôt sombres, ses œuvres reflètent l’humeur de l’instant, l’humeur du moment… Signant ses peintures sous le nom d’artiste « Jud’art », Gaëlle nous fait découvrir la femme sous un autre regard.

Femme Dos. Peinture à l’huile 50 x 100cm

Dessinatrice en architecture, elle a eu un jour un déclic en voyant les peintures d’un autre artiste, Patrice Marques. Peignant, dessinant des visages ou des nus féminins, chaque instant passé à s’exprimer sur une toile ou une feuille lui permet de se libérer, oubliant le temps et ne vivant plus que pour sa passion.

Originaire de Brussieu, Gaëlle peint essentiellement au couteau : « je n’aime pas les “lignes parfaites”, j’aime que l’on devine les formes et que l’on cherche les contours… ». Ainsi, ce n’est pas une toile lisse qui prend forme mais un tableau laissant la lumière jouer sur les reliefs donnant vie selon les angles à la silhouette.

De nature réservée, elle a appris à s’ouvrir de plus en plus aux autres. Son besoin de dessiner est inscrit en elle si bien qu’elle se livre en ce moment à un défi impulsé par des amis : « un jour, un visage ». Profitant de sa pause méridienne ou après une journée de travail, Gaëlle réalisent ses dessins à l’aide de crayons de couleur, de feutres, de peinture acrylique ou encore avec un stylo bille.

Aimant la photographie à laquelle elle s’adonne occasionnellement, elle puise son inspiration à partir de photographie de portrait. Cherchant à s’approprier les traits, son humeur du jour donne alors naissance tantôt à un visage doux, tantôt à un visage dur… au regard perçant, mystérieux et énigmatique.

“Je travaille en premier le regard… il doit être en mesure de tout exprimer… les traits autour des yeux sont là pour accentuer l’expression… pour le rendre plus prégnant, plus fort et lui donner de l’intensité…”

This slideshow requires JavaScript.

Rêvant de vivre de sa passion, vous croiserez peut-être Gaëlle au détour d’une exposition sur la région lyonnaise…

Leave a Reply